ÉLIMINATION DES DÉCHETS NUCLÉAIRES…, SÛRE ET DÉFINITIVE, DANS LE MAGMA SOUS CONTINENTAL ! /// RECONVERSION PROPRE DES CENTRALES NUCLEAIRES

L’EXISTANT D’ENFOUISSEMENT à risques d’incendies dû à l’hydrogène étudié à BURES en FRANCE

(source LCP -TV Juillet 2017)

Bertrand Thillier expert en sécurité a épluché tous les documents de l’ANDRA, organisme de gestion des déchets nucléaires qui reconnaît que la solution d’enfouissement est à risques d’incendie notables…! Mais d’avouer que les dépenses engagées ont été déjà trop importantes pour arrêter cette “solution vendue au départ sûre”” d’enfouissement !§!

Drôle de manière technique et scientifique de traiter ce si grave problème de contamination dangereuse infiniment durable !§!

L’on part du principe absurde que la connaissance de ces installations souterraines complexes, leur entretien correct pourrait être géré sur des millénaires…!§! C’est d’un incongruité et inconscience totale !!!

Déjà dans un simple bureau d’études, les connaissances ne sont guère communiquées parfaitement et totalement d’une génération d’ingénieur à l’autre. Chacun gardant jalousement ses connaissances, son expertise, pour ne pas être licencié et remplacé par de plus jeunes moins cher payés !

Sans parler des nombreuses blocages idéologiques des opérateurs de ces énergies et des lobbies, d’une prétention technocratique aveugle incroyable, le plus souvent se cachant derrières des règles et dossiers très complexes dont le maquis dépasse l’entendement.

Le démantèlement des centrales nucléaires pose un énorme problème pour l’élimination définitive des déchets radioactifs en raison de la durée très importante (sur des centaines de milliers d’années) de rayonnement de certains déchets conséquents. La France (et pas qu’elle…!) cherche à isoler “définitivement” ses déchets nucléaires en des dispositifs du genre de cocottes minutes sphériques (août 2013) d‘acier et de béton.

Une autre variante étudiée par la Russie en zone volcanique de l’Est (Kamtchatka) :

http://www.rtflash.fr/procede-revolutionnaire-neutralisation-dechets-nucleaires/article#comment-16898

SOLUTION OCÉANIQUE à ÉTUDIER AVEC SÉRIEUX, ENFIN, et SANS TARDER !

Elle pourrait résoudre définitivement et de manière absolument sûre cette élimination des déchets nucléaires en faisant fabriquer de grosses cocottes minutes quasiment sphériques ou alignées en forme de torpilles très résistantes, téléguidées, et de faire en sorte que des sous-marins de l’Ifremer (ou du Complexe Militaro-industriel…, qui a à se racheter de sa folie du nucléaire militaire abusivement reconduite dans le civil…, au lieu de choisir la filière thorium et sels, plus sûre et plus propre), les envoient en des endroits ciblés remplis de sédiments des plis magmatiques de subduction des grands fonds.

Cela, pour un coût moindre et nettement moins aléatoire que l’enfouissement continental en mine d’argile (les mines de sel exclues comme découvert en Allemagne), puisque les technologie militaires existent en inversant le sens de sortie des tubes de missiles sur les sous-marins devant être mis à la casse et à automatiser !

Les américains arrivent bien à faire des bombes de 10 tonnes métriques, c’est tout à fait le format des missiles torpilles à diriger vers les zones de subduction, qui peuvent être parfois pas trop éloignées des côtes (voir le lien plus haut).

Il faudrait que cette solution vienne des médias, car les gouvernements ne la prendront pas en compte (aspirant à des solutions complexes et insolubles pour faire du fric sur le dos des peuples, comme prouvé pour le nucléaire sale et dangereux…), en poussant les terriens à l’exiger !

En raison de l’irradiation de ces “torpilles” et du temps important de transport ces sous-marins (ceux à ogives nucléaires qui n’auront jamais servi…., reconditionnés et envoyées vers le bas) seraient autonomes, entièrement robotisés et adaptés pour cela, avec caméras, GPS et analyse sonar du mouvement imperceptible des sols des abysses. Pour qu’ils se chargent d’explorer les grands fonds des  océans en enfouissant aux endroits précis de subduction des plaques océaniques ces cocottes-minutes / torpilles auto-foreuses dérangeantes dans la boue épaisse des grands fonds océaniques !

Là où effectivement, en ces plis de pénétration de la plaque océanique sous celle continentale, il n’y aura aucun risque de voir réapparaître ces déchets, qui seront éliminés (comme les pneus dans un four de cimenterie) par la chaleur du magma qui les accueillera pour des millions d’années sous la croûte terrestre, sans plus jamais aucun risque de danger, ni de refaire surface !

Ces fonds océaniques sont couverts d’une énorme couche de vase due à l’érosion accumulée sur des milliards d’années, et les zones de subduction sont soient recouvertes d’un coup lors d’importants séismes, soit recouvertes en continu par le plateau continental (ce sont ces dernières zones qui seraient à répertorier et à cartographier pour les enfouissements) :

Une vue de la nouvelle carte de la composition des fonds océaniques. Elle révèle leur diversité et complexité (Credit: EarthByte Group, School of Geosciences, University of Sydney & Australia National ICT Australia)

La forme de cocotte-minute, sphérique, résistera assez longtemps aux pressions terrestres d’enfouissement, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus aucun risque de voir ces glissements de terrain faire resurgir de telles “bombes” technologiques indésirables.

En ces sous-marins nucléaires (recyclés et automatisés, tel les drones), il paraît possible de concevoir une autre solution avec des torpilles auto-foreuses guidées classiques  composés de deux batteries avant et arrière de 6 torpilles téléguidées en titane chacune de 15 à 20 tonnes de charge utile, en position verticale, situées de part et d’autre du réacteur nucléaire (celui-là réellement au sels et thorium). Ces torpilles seront lâchées deux par deux.

Ces 12 torpilles seraient testées au préalable sur leur pointe et leur forme pour pénétrer les fonds océaniques sans déformation, pressurisées à 400 bars pour résister à la pression extérieure de 4000 m de colonne d’eau dans les abysses.

Les turbines échangeuses et les moteurs électriques, les hélices des sous-marins seront situées de part et d’autre de la coque, au centre, dans le prolongement du navire (qui n’aurait pas besoin d’être étudié pour naviguer à une profondeur supérieure à 50 m., sa mission de largage ne le justifiant pas).

L’Ifremer couplée à la Marine Nationale feraient aisément expertise suffisante pour un tel projet.

Ces sous-marins autonomes seraient guidés et contrôlés jusqu’aux et sur les sites d’enfouissement par des bâtiments militaires et civils de surface (ONG comprises, telle Greenpeace qui fit de ses rejets en mer en fûts vite corrodés, rouillés, percés, son cheval de bataille dans les années 80, et à juste raison ! ).

SINON, POURQUOI PAS DES TUNNELIERS SOUS-MARINS  à containers de déchets en ces zones de subduction ?

Les torpilles seraient alors téléguidées vers ces tunnels ainsi créés, pour s’y entasser jusqu’au fond dans la faille, cela sans désordre ni risque de séisme dans la zone de subduction du plancher océanique.

Voilà du travail pour des décennies pour plein de chômeurs et pour les chantiers navals militaires et civils qui soient vraiment indispensables à ce monde à la pollution radiative croissante infiniment pernicieuse et dangereuse produite via les rejets en mers (fûts et pipe-line) complètement illégaux et follement meurtriers avec si peu de dilution suffisante prouvée en Manche et en mer d’Ireland, jusqu’à provoquer des cancers et leucémies chez les enfants et autres ramasseurs de produits de la mer très contaminés !§!

On est en pleine dérive technologique et organisationnelle mondiale grave. Encore heureux que Tchernobyl et Fukushima nous aient alertés sur cette filière à eaux pressurisée (ou graphite gaz) dont la complexité et les déchets énormes produits les rendent complètement dépassées !

Voilà donc en quoi l’ONU et le FMI devront intervenir sans possibilité aucune de veto, pour une gestion mondiale scrupuleuse digne de ce nom. Le FMI seul capable de faire tourner une nouvelle planche à billets mondiale inépuisable…, à la fois pour ce nouveau nucléaire propre que pour payer les revenus de base internationaux des travailleurs et autres enfin poussés avec rigueur à des comportements et déplacements juste nécessaires aussi propres que possibles...!§!

Ceux strictement nécessaires à nos états complètement désorientés et déboussolés une fois de plus et de trop, qui, se disputent inlassablement et vainement, au lieu de créer des fonds inépuisables d’eux-mêmes. En Europe et ailleurs, avec au moins trois monnaies sous-continentales, une asiatique, une européenne, une pour les Amériques (l’Australie choisissant son camps, les paradis fiscaux exclus…).

Tout compliquer pour brouiller les pistes et faire de faux experts trop partisans (comme ceux du nucléaire actuel…) est le travers mondial et culturel, psychique, organisationnel et structurel désuets à dépasser de toute urgence…

Pas assez de bonnes décisions prises face aux dérives croissantes, telles que pour le réchauffement climatique qui provoque désertification et émigrations massives avec le populisme fou qui  en découle !

EXEMPLE D’ÉTUDE DE ZONE DE SUBDUCTION FAITE PAR L’IFREMER EN ÉQUATEUR

http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=162

_________________

RECONVERSION PROPRE DES CENTRALES NUCLÉAIRES

Une fois éliminé le circuit primaire du réacteur, la cuve et tout le matériel / locaux irradiés (voir ci dessus), il  serait tout à fait possible de se servir du circuit secondaire de refroidissement, comprenant des pompes et une à deux turbines  circuit de pompe à chaleur à partir du fleuve ou du bord de mer, alors en tant que “source chaude”.

Restera jute à y connecter d’énormes pompes à chaleur en dérivation, spécifiquement étudiées pour.

Cela fera usine propre à récupération constante et inépuisable de chaleur, avec un rendement moindre que du temps du nucléaire (donc sans autant d’impact sur la chaleur des fleuves que le nucléaire puisque y puisant de la chaleur sans les échauffer). Mais avec, quand même, cette fois là, l’apport d’une source d’énergie gratuite, propre et constante (mieux que les énergies renouvelables actuelles intermittentes) !

De même, autant que l’on fasse ENFIN le nécessaire pour redresser les terres en amont des fleuves, y retenir l’eau de pluie, faire de l’agroforesterie de partout, afin d’éviter la désertification gravissime que le manque de gestion de l’aridité des sols sans arbre à perte de vue nous fait courir :

La planète est UN TOUT que l’on ne peut pas scinder, catégoriser, couper en parties négligeant les autres ! Même au niveau de la conscience quantique voulue holistique, il est facile de ressentir qu’il y a un énorme bémol à spécialiser les activités techniques et scientifiques sur Terre en faisant mine de négliger le naturel et durable.

___________________

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s