02- HYDROLIENNE FLUVIALE (et de RIVIÈRE), en intérieur de courbe / HYDRO-POWER STATION (stability & flexible)

RÉCUPÉRATION ÉNERGÉTIQUE FLUVIALE

SIMPLE PROPRE et DURABLE

à DISSÉMINATION MONDIALE imminente !

BATTERIES D’HYDROLIENNES D’EAU DOUCE FIABLES ET ECONOMIQUES 

POUR COMMUNES, VILLAGES, HAMEAUX… etc

Petite histoire d’engagement moral bi-polaire Nord-Sud pour profiter de cette invention : mon ancien copain Lao-Tseu, surnommé à l’époque “Là-haut-tu-Sue”… à joué en montagnes chinoises le redresseur de terres en rizières climatiques, hélas sans assez d’arbres plantés systématiquement autour… (étonnant que Tintin au Tibet n’en parlait pas en sa B.D. style l’Eux-rope-et-haine …!) vous dirait que cette invention hydroélectrique ne peut être appliquée mondialement en toute région sans le contrat moral (utile, pratique et nécessaire au  climat) d’être accompagné de ‘l’essence-ciel’ et ‘jus-dix-cieux’ pendant paysagiste à redressement climatique exposé par ailleurs (http://greenjillaroo.worpdress.com), et ramené de La Source en mes rêves les plus ‘pro-fond’ !

Comme je bois du thé vert mélangé de l’énergie deMarie-ruades-n’a’ (figurant l’énergie vitale de la planète, elle pas assez voilée de nuages utiles en tout sud asséché…), vous comprendrez que cette clause est inspirée d’en haut en moi, comme ‘toux‘ le ‘raides-Est’ ! Pour faire réaliser que l’expansion de l’extraction du charbon et d’autres énergies fossiles devra cesser…, au profit de cette inventionpris-morts-dits-aillent’ !

!*!*!*!*!

La Commission d’enquête sénatoriale sur le coût réel de l’électricité, demanda  un exposé à un expert en énergie de talent :  Jean-Marc  JANCOVICI, Ingénieur-conseil rrr’Redoute-table… !

(Voir d’URGENCE le dossier vidéo détonnant – Thèmes : Energie – durée (1:31:44) : http://videos.senat.fr/video/videos/2012/video12508.html)

… qui a démontré brillamment au Sénat que le prix de l’énergie (électricité nucléaire et fossiles) ne pouvait qu’être augmenté rapidement à l’avenir (triplé !), quoiqu’on fasse dans l’état actuel de nos ressources…, et même sans arrêter comme les allemands hypocritement des centrales nucléaires… (car côté CO2, des centrales au charbon et au gaz…, ce sera pire encore à terme en spéculations abusives de “manques”, et vite ruineux côté sécheresses !!!).

‘Noeuds’ /’n’oueds’ serais-ce qu’en raison de la baisse des volumes d’extraction, de production fossiles ; et surtout de la diminution inquiétante des seules énergies stables et souples, celles hydrauliques capables de démarrer à la seconde, bientôt en manque ou en panne sèche si on ne remédie pas à l’effet de serre ‘rapides-doses’ /rapidos.

Alors que ces énergies hydrauliques sont indispensables pour refroidir toute centrale thermique…, même celles non nucléaires !!!

Les sécheresses ou canicules de longues durée… forcément bannies de facto !

Ce dont même l’Union Européenne (‘HeuresEAUXPaixEN‘…) ne semble pas du tout se préoccuper pour légiférer dans le sens de ces deux vraies avancées douces (Eux-rope au cou, cravatés et jouant les dirigeants à lobbies), quand tout doit changer vers beaucoup de travail propre très décentralisé…, où est la contradiction qu’ils ne veulent voir…? Sinon en terme de corruptions cachées…, là comme ailleurs !

C’est un fait imparable, on fait les cons avec le climat, alors que la solution simple on l’a donnée depuis 2002 au gouverne-ment… !!!

POURQUOI EXPLOITER LES ENERGIES NATURELLES COMPLÉMENTAIRES : http://greenjillarroo.wordpress.com vous fournit LA SOLUTION PAYSAGISTE et CLIMATIQUE  COMPLÉMENTAIRE  en détail… Aqueux… que cela avait été donné depuis 2002…,à ‘Rate-phare-rien par courrier (le secret-taire d’Etat ne jouant pas haiest’As ayant répondu poli-ment…, mais sans rien faire…)  Mon ‘erre-heures’ pouvait être d’avoir oublié de le ‘transe-maîtres’ au Sénat… Aujourd’hui c’est fait ! y aura-t-il des suites sans attentes de taxes ‘jus-teuses’ en plus… ? Même l’Association des Maires de France est au courant !!! Et depuis 11 ans, des crues vendues obligées et “décennales” , et très décès-n’all, mais à part cela “rien”,plein de villes inondées et d’activités ruinées…!§! 

Base-t’Asse, tant qu’on peut faire les clowns et les abusifs, qu’on n’est pas décapités, continuons donc…, d’jonque…, on ‘verres-ras’ “bien”!

“Je ““Je déclare l’état de bonheur ‘perd…manants‘,
où les civilisations réussies seront celles ne laissant pas de trace,
qui chanteront le plaisir d’aimer la nature y marchant de face,
sans avoir à se plaindre des défoliants…
et autres armes anti-personnel inefficaces,
sinon pour tuer ou amputer les honnêtes gens !”
…!*!*!*!
sous inspiration calme…, parodiant Georges Moustaki et son copain BrassesSENS

Car’SS avec les à 4×4…, ou ‘bulls-d’ose-erre’ et autres “speedés” ne sentant jamais leur pot d’échappe…ment, nos consommations (cons-sommes-nations…) mondiales fossiles “flambent”/explosent (on ne peut dire mieux…) alors que leurs productions chutent irrémédiablement…; que le charbon brûle à la folie en Chine…., plein de CO2 produit, de poussière cancérigène et d’enfants à malformations abandonnés sur le pavé…!

Pas que les avions à être “en trop” ! Les plateformes pétrolières fuient honteusement, sans redistribuer le gaz perdu, pas liquéfié pour éviter les marées noires, etc, et…CCC—sert rases !

Brillant exposé de l’ingénieur expert des énergies… (hélas…, sans assez s’être rafraîchi adossé à des haies exposées aux vents secs grandissants de partout dans les sommets désertiques de pays en faillite…, type ‘Gaffe-à-nids-se-tend’…, ‘haies’ ‘zoo-zoo-autres’…), mais que va-t-il en rester quand c’est l’immobilisme des états contents du pire qui domine le ‘pas-vêt’, faux treillis et armes déployées en tête, au lieu des pelles sur le terrain !

***

Rapport thermique théorique de 35 entre l’air humide et celui sec…,

qui propose mieux pour comprendre quoi changer… ???

***

les énergies fossiles (toutes !) et même les métaux, c’est une question de volumes presque bientôt plus disponibles et horriblement spéculatifs  sur une planète finie !

Et sur le plan imparable de physique globale de thermique atmosphérique à végétation transpirant de manière idéale auto-régulée, sur une surface d’échange presque infinie (même si à faible rendement) on évite le sujet “gênant”…!

Que l’on peut qualifier de Compréhension Lamda pour tout enfant , si expliquée en forêt humide et fraîche, sur le terrain…: comme à la ferme école du Bénin ou le vrai God-‘frais‘ enseigne l’autarcie campagnarde (Songhaï – www.songhai.org/) comme tous devraient le faire sur cette planète…!

Toutes les écoles de coincés à vie en viles villes complètement à revoir question santé malsaine et mauvaises habitudes prises à vie, le bilan de protection santé complètement déficitaire, comme celui d’inefficacité nationale et mondiale…: côté obèses disparus ou incapables de se bouger dès 40 ans ! Je peux vous le “chanter” parte-toux ailleurs, mais plus que sous masque à gaz aux alentours de mégalopoles prenant toute la place saine restante…,  !

Le bagne des récessions en série si l’on ne se bouge pas les fesses ! Plus qu’à faire des gosses mal fichus comme des malades, jusqu’à 70 ans pour certains…, sans même qu’ils cherchent à l’assumer !

Ne rien faire…, serait “aller très vite droit dans le mur”, autant en terme de PIB en chute libre… (baisse de croissance), que de pertes d’emploi et de dettes abyssales des états…! Voyons “first”… les USA ! On en observe également les prémisses grandissants “se jouer” AU PIRE en Europe et ailleurs, embouteillages polluantsd en prime tout coincé ! Alors…, arrêtons de parler de CE TYPE DE FAUSSE CROISSANCE qui n’a AUCUN BON SENS QUI CROÎT !

L’EXPERT EN ENERGIE a tranché sans avoir à jouer les croisés ! C’EST CLAIR…, IL FAUT AGIR ! Et, attention, de voir que les centrales nucléaires en supplément seront ruineuses à terme pour nos états DÉJÀ en faillite !

Alors que… l’énergie de l’eau courante des cours d’eau est  gravitaire, inépuisable, stable et gratuite, si gérée en amont !

 !*!*!*!*!  !*!*!*!*! ‘style île de JAVA qui n’en manque pas…, à cause de ses rizières sur toute pente, pas comme à l’île de Pâques… (v. les photos des cascades débouchant en mer sur Google earth !

SOLUTION 1

SERPENTS FLUVIAUX D’HYDROLIENNES 

TRIANGULAIRES à PISTONS ALTERNATIFS

à effet de vortex Karman

En méditant devant une forêt “banalement” couchée par la tempête de 1999…, mess(e) aligné en moi à la plus haute Connaissance Céleste, y compris à la mienne ‘t’errer-restes’ (en tant qu’ancien ingénieur maison Lafarge, finissant “mal” en veille techno et transmission de know-how…), et par ailleurs fan d’hydraulique pratique (j’ai fait, entre autres des 17 sports testés…, du dériveur dans ma jeunesse…, à la planche à dessins puis à voile…), il m’est venu l’idée de :

l’oscillation de séries de triangles rotatifs placés dans un courant d’eau (en l’occurrence celui d’un fleuve ou d’une rivière), cette oscillation (produisant des tourbillons du type de Karman : https://fr.wikipedia.org/wiki/All%C3%A9e_de_tourbillons_de_Karman) alors récupérée par des pistons hydrauliques conduisant à des pompes et générateurs d’électricité placés sur les berges.

Ces triangles métalliques auraient deux faces convexes incurvées tournées vers l’amont dans l’eau et oscilleraient ainsi en créant des vortex dans l’eau, eux-mêmes repris plus fortement en aval par d’autres triangles placés en file indienne, à un écart moyen lié à la vitesse du courant et les oscillations en cascade ainsi obtenu sur le “serpent” à triangles se suivant dans le lit du fleuve.

Pour simplifier éventuellement le système (lourd avec l’hydraulique), les oscillations pourraient commander directement de grosses bobines électromagnétiques et fournir ainsi directement du courant (à redresser sur la rive), comme de jeunes écossais l’on démontré possible en maquette avec un seul volet oscillant (énergies renouvelables – Xénius / Arte).

L’on sait également, en aviation : que les tourbillons des gros porteurs sont dangereux en bout d’aile, qu’ils peuvent retourner un avion plus léger comme un fétu de paille…! Reste à l’appliquer à l’énergie des fleuves !

L’avantage est que tout vortex se maintient dans le temps et l’espace comme tout gyroscope, toute roue de vélo ! Vérification faite en rivière avec une planche inclinée.

J’ai fait de l’aviation légère 37h 1/2…, un ‘tend’ au Maroc, assez pour tâter en 69…, des convections thermiques entre en dessous les forêts HUMIDES et terres sèches et brûlantes…, CONTRASTE d’une puissance étonnante en faible altitude (mais non ressenti au sol, sur la piste trop échauffée) : revoir le résultat et le ratio découvert de 35 entre les deux à ce sujet sur http://greenjillaroo.wordpress.com

(p’tite fin de l’appart-thé…)

____________________________

SOLUTION 2

MOULIN à EAU HORIZONTAUX

fournissant de l’électricité

Elle serait, de part et d’autre du courant des fleuves, d’en récupérer les vortex  à l’aide de très grandes turbines rotatives lentes immergées en des bassins de 12 m de diamètre, soumises à ces tourbillons alternés…, remplis grâce au courant dévié, amplifié en hauteur d’eau, donc en force et en vitesse (comme pour une planche de surf faisant coin au sommet d’une vague et allant dans sa pente plus vite qu’elle…).

  • ce type de rotation était utilisé en cimenterie à voie humide en cuves énormes, mais l’effet vortex est de mon cru, estimé valable en raison de la force centrifuge, carré de la vitesse et inverse du rayon (Fc = mV^2/r), comme lors d’un tourbillon qui vous aspire vers le bas en une rivière, ou un trou noir… (‘on M’a-pelle : ‘D’Arcvadehors‘ quand je porte un masque de rondelles de cons-cccombres)

Il suffirait donc de mettre des successions de bassins circulaires (moulins à eau horizontaux, avec deux portes  d’écluse réglables faisant “onde d’étrave” aux bords de fleuves ou de rivières (en tout endroit de nos modestes campagnes qui le permet ayant besoin d’électricité sans perte en ligne et caténaires qui flanchent !), pour récupérer “énormément” d’énergie sur les 2 berges en des séries de bassins  circulaires, capables d’exploiter ces oscillations/déviations tourbillonnaires.

Les rotors des bassins circulaires seront entraînés par un effet “pompe rotative rotative à rotor circulaire excentré” à vortex double. Par bassin de 12 m. et rotor à deux pales de 1 m de haut noyées dans le courant, il y aurait une puissance estimée… de sortie de 50 à 110 kw, pour une vitesse de rotation de 1 m à 1.5 m/s, si égale à celle du cours d’eau d’une rivière…. cela reste à confirmer en essais homothétiques et maquettes. La transmission découplée automatiquement quand la demande d’électricité locale chute… Quelle souplesse, quelle économie écologique et absence de risque par rapport aux usines à gaz, charbon et centrales nucléaires !!!

Une série de bassins sera nécessaire en chaque village, mais avec une prise de place relativement minime, aisément cachée par des buttes arborées si nécessaires (les bambous sont l’idéal puisqu’ils gardent leurs feuilles).

L’idéal étant que ces bassins d’hydroliennes horizontales géantes soient en intérieur de courbes des lits de rivières, et que le système de “herses” ou pales d’entraînement soit réglable en hauteur (en plongée dans le courant rendu circulaire).

Les “critères de rentabilité” actuels, à fou court terme, devront être révisés et recadrés pour ces installations capables de tourner comme des horloges (à eau ?) pendant 100 ans et plus !

Le nucléaire fait-il aussi bien…? En sûr, propre et si peu cher et facile à entretenir en local pour les petits entrepreneurs (en perte d’emplois…!!!). Sans de petites mains à se sacrifier pour aller nettoyer les réacteurs au risque de leur vie, les liquidateurs pareil derrière, et les risques à long terme des déchets  irréalistes et monstrueux ! 

La finance de fous (à la ‘d’hard-t’hargne-niant’) devra ranger tôt ou tard son épée meurtrière invisible et faire chapeau bas, autant que les énergies fossiles !!!

La forme des pales cylindriques serait appropriée pour augmenter la vitesse périphérique, par effet venturi le long de la paroi du bassin (vitesse croissant au carré des différences de surfaces passantes) et effet de coin glissant, tournant.

Pour cette conception, il est difficile d’évaluer à priori la puissance électrique obtenue réellement sur chaque bassin, plus importante qu’avec la vitesse du courant du cours d’eau seule…, car cela dépendra beaucoup de l’accélération du vortex d’ensemble lié à ces deux effets (moins le frottement sur les paroies, qui devront être très lisses, avec un ciment préfabriqué parfait).

Un autre type de déflecteur amont de courant paraît plus avantageux (que  celui dessiné) en le plaçant le long de la berge (1 seule porte “écluse” réglable), offrant alors trois avantages : être moins vulnérable ; chasser les objets flottants lourds vers le centre du fleuve (effet centrifuge différentiel) ; le vortex créé réglé pour entrer dans le bon sens de rotation directement dans le bassin du moulin. Cette autre conception pourrait aussi mieux s’intercaler entre une série de bassins en batterie.

Dimensionnement des batteries de moulins : pour un village de 550 personnes, avc une moyenne de 3 personnes par maison (10 kw de consommation en pointe), il s’avère que pour une puissance moyenne normale de 120 kw par bassin, il suffirait d’en mettre 18 (9 bassins de part et d’autres), avec un grand surplus de courant vendu à EDF la plupart du temps !

Conséquences financières et écologiques : Au fur et à mesure de ces installations faites, disséminées en tous le pays, l’on devrait pouvoir envisager d’arrêter plusieurs centrales à risque, trop chères en entretien…, comme en Allemagne ! Et de disposer d’assez de courant pour les voitures électriques les plus simples (genre 2CV), car pourquoi faire lourd se presser, et finir en accidents graves sur les routes (ou dans le ciel à jouer aux mirages scientifiques speedés…) ?  Voilà du vraiment valable de développement durable à économies d’énergies et d’importations ruineuses d’énergies fossiles !

1ère VERSION de ROTOR : Un gain de puissance et de rigidité des anneaux du rotor peut être gagné, avec ceux-ci réalisé avec deux tôles incurvées, accolées en forme de X issues de laminoir, et comme dit au dessus en légende : grâce à l’accroissement d’inertie périphérique du rotor…, par exemple en multipliant des cercles extérieurs plus réduits de 2m de diamètre, sur toute la périphérie.

PRÉCAUTIONS TECHNIQUES :

Les pales du rotor seront immergées presque jusqu’au fond des cuves cylindriques avec un jeu inférieur pour éviter les coincements (cailloux éventuels échappant au caniveau déflecteur d’entrée…), et leur niveau supérieur sera à peine au dessus de l’étiage moyen du cours d’eau (amplifié par la rotation et l’effet déviateur d’étrave, le bord des cuves cylindriques en béton armé, légèrement plus haut en tenant compte de la parabole due à l’effet centrifuge.

Pour avoir plus de souplesse dans la récupération variable d’énergie (adaptation optimale à la demande de consommation locale et nationale), il serait intéressant de prévoir le rotor et ses pales ajustables en hauteur (surtout en période de crues orageuses d’été et de consommations faibles…) à l’aide d’arbres d’entraînement cannelés et de plateaux avec levage par vis hélicoïdale avec manchon de serrage. Ce système pourrait même être une sécurité accessoire pour éviter le coincement de l’ensemble du rotor en cas de saletés risquant de le coincer par en dessous (montée pour faire nettoyage et chasse de gravier au dessous par exemple).

Par contre, la mécanique et la structure la soutenant devront être prévue bien au dessus du niveau de crue maximum… et ces bassins hydroliennes disposés en alternance dans le lit du fleuvel’intérieur de courbes favorisées si nécessaire, pas comme sur le dessin), afin que d’éventuels troncs d’arbres ou déchets volumineux emportés par les crues (inadmissibles si l’amont géré…) puissent être déportés à l’opposé des bassins d’hydrolienne rotatives. Toute courbe de rivière serait réaménagée et renforcée à l’extérieur centrifuge des cours-d’eau.

Côté “entrée” des bassins circulaires, il sera peut-être nécessaire d’étudier plusieurs variantes de déflecteur de la rivière afin de faciliter l’entrée d’eau différentielle de la sortie.

Et, comme je l’ai vu sur une maquette très simple, c’est surtout le maintien de l’effet de rotation et des vortex des pales circulaires du rotor qui devraient favoriser l’inertie motrice du système. L’important concernant la puissance engendrée ne devrait être ni le débit d’entrée, ni celui de sortie, mais…: plus l’inertie centrifuge du vortex liée à la vitesse de passage du débit d’eau à l’entrée (à prévoir suffisamment ouverte).

Sinon, côté mécanique et électrique,  si on table sur des cuves de 12m et d’une vitesse du courant de 1m/sec… (solution pour villages), l’énergie récupérée reste acceptable.

il faudra prévoir un coupleur électromagnétique récupérant l’énergie de glissement (ou un limiteur de couple (genre à huile, type Voït qui peut faire cogénération et diffuser de la chaleur à un village en chauffage urbain)/ à débranchement commandé ou automatique entre le générateur (1500tr/mn) et le réducteur planétaire multi-étagés (lui fait pour passer de  0.628 tour/mn mini du rotor immergé, à 1500 tr/mn au générateur) ; et comme la vitesse du rotor sera variable, d’ajouter un onduleur de redressement du courant relié au générateur…!

Facile à réaliser pour des industries style Five-Lille-Cail et autres allemands (testant tout scrupuleusement) qui sont des champions de la mécanique lourde…,Cette innovation  simple est à la portée de n’importe quel atelier de charpente métallique, aidé d’un bureau d’études de mécanique industrielle. Cela permettrait enfin d’offrir du travail décentralisé de tous côtés le long des fleuves dans tous nos pays européens à bout de souffle sain et d’idées durables !§!

Déflecteur d’entrée à onde/vague stabilisée 

Le “rotor/générateur” devrait alors fonctionner sans heurts, avec l’inertie de la force du courant (amplifié et redirigé vers la berge  en genre d’onde ‘tsu-n’ami’ par le déflecteur “d’étrave” réglable – si genre porte d’écluse double, ou simple en bordure de fleuve large).

Le risque cependant, en cas de courant fort, est que les vortex tourbillon “d’étrave” n’aillent pas assez loin vers les berges ! Ce qui obligera :

-à allonger les portes d’écluses,

– et surtout à réguler en amont nos stupides crues de rivières et de fleuves avec la solution déjà évoquée de terrasses à talus arborés enfin imposées partout sur tout bassin versant amont, ces terrasses faisant drains naturels l’hiver sans perte d’humus (reporté à l’été par la végétation à croissance plus rapide… de manière ‘hymne-paie-cable’…!). Tous bénéfices en photo-synthèse accrue de l’immense échangeur naturel mondial, thermique et chimique contre l’effet de serre !!!

Rappelons que le coût du changement climatique est déjà estimé à 2000 milliards de dollars rien que pour les océans !

 ********

AVANTAGES – N’oublions surtout pas qu’il s’agit là,  en terme d’hydroélectricité :

d’une énergie constante, gratuite et souple (modulable et répartie facilement), propre  (qualités rares …) !

d’un travail abondant et sain réparti sur tout le territoire en priorité pour les français – tout comme celui donnant aussi plein d’emplois stables, et peu scolaires, vites formés, avec retour assuré en campagne, pour le traitement paysagiste/climatique nécessaire et urgent des bassins versants contre l’effet de serre, tel qu’exposé sur http://greenjillaroo.wordpress.com.

d’une ressource pérenne (smile….°!°) exclue de manipulations financières outrancière (ou à rackets larvés)….

********

PRÉCAUTIONS HIVERNALE :

Le débit de passage de l’eau dans les moulins devra être auto-régulé suffisamment haut en hiver pour passer largement au dessus des pales immergées, afin de tenir compte d’une épaisseur de glace possible en fonction de la chute plus ou moins prolongée de température. Cette hauteur sera régulée par des capteurs de niveau d’eau et l’orientation plus ou moins ouverte des déflecteurs de courant.

Si la solution de déflecteur contre-berges n’était pas retenue (son avantage étant de chasser les objets flottants vers le centre du cours d’eau !), cela imposerait de disposer une série de cables inclinée à 45° horizontalement dans le lit du courant, disposés de la protection “d’étrave” à plus en amont sur la berge, pour protéger l’installation de branches ou de troncs d’arbres de gros calibre (ou des barques de pêcheurs distraits…, de péniches pas au méthane lisier sur les fleuves, vite en panne sèche sous peu…).

Voire de placer des grillages pour protéger des cétacés d’eau douce, des poissons-chats énormes ou des comme sur le Mékong – où j’ai barboté enfant en ski nautique… (ignorant complètement que ma vie asiatique me servirait plus tard au niveau climatique, juste en croyant à ma bonne étoile céleste/ à perfection inventive sur le long terme…, très vigilante – comme le confirme http://www.urantia.org , parmi plein d’autres connaissances du passé redécouvertes depuis – Alors, croyons aux channelings mieux qu’aux “religions” à castes d’immobiles…, vite phobiques manipulateurs des autres pour quelques uns, quand pas sains !)…

Au/eau fait/”fête”, celui-ci “s’assèch-eee”… même à la fête des eaux au Cambodge, et pas qu’un peu…, depuis le début des années soixante, où j’y étais ! Il serait temps de planter partout des arbres aux bords des rizières jusqu’au Tibet dans l’Himalaya !!! Sinon l’eau : ‘des nuts’ l’ONU / ‘luttes-n’eau’…!

Ma paire de lunettes avec yeux qui roulent en eaux troubles… ne devrait pas alerter que les africains !!!-***_________________________________________*** !!!!… à l’humus en déshérence !

Faisons “vite” indépendance énergétique naturelle…, donnant du vrai travail doux…, avant d’être des pays ruinés…, par un monde de faux-jetons financiers…, ou racketeurs d’énergie gratuite…, exprès peu régulés pour faire tricheurs à triches… ! 

Ce qui ne donnera bientôt plus qu’une planète morte à terme, côté harmonie mondiale et santé finale ! Comme jadis nos pharaons et tant d’autres mandarins “bridés”…. ne disant pas leurs DITS-EUS pleins de Sagesse cosmique vue guidée fluide à tous moments ! Les fous !

Jeu laisse les chercheurs “durs” et doutant d’eux à vie…, ‘peau-fine-niais(e)’ ‘cells-las’ !

Avec l’augmentation de la vitesse du courant, il faudra peut-être que l’oscillateur soit plus ou moins haut en amont ou bas en aval, sinon plus ou moins ouvert (ou à butées réglables) par rapport aux récupérateurs cylindriques un peu ouverts sur les deux berges.

Des essais de maquettes en bassin seront nécessaires pour chaque type de débit moyen en rivière et force de courant.

Là je suis ‘pratique-ment’ sûr qu’un nouvel ‘off-fils’ ‘mini-se-terre-rite-elles’ de trop va être pondu à la hâte…, pour caser de brillants éduqué ne bougeant que comme des tradders à la City, juste des doigts !

Avis aux marins d’eau douce genre cap-t’haine add-docks se caressant la barbe devant une fille de bar con-sent-tente, car l’expert cité plus haut (‘con-sue-le-taie’ horriblement cher pour ce que tous savent déjà,mais que personne n’admet (surtout pas les fonctionnaires corses des enseignants à coupé de “sport”…) en a dit que : les divorcés (se précipitant à faire trop de gosses de partout)…, consomment 60 fois plus qu’un couple marié (encore si pas en harem ou big-game, mais avec un seul gosse et pas qu’en Chine !). On  2 V’raie com-hante-s’haie’ par les taxer d’eau-tend car ils sont bien la cause de toux / trousse / frousse ! De la ‘sueur-pop-pue-la-ration’ !

Cette “invention”, téléguidée en moi, ne consistera qu’à récupérer les tourbillons “dévastateurs” des berges qui existent déjà lorsque des obstacles latéraux s’opposent au courant, mais là ces tourbillons renvoyés vers le centre du cours d’eau en sortie des bassins ! L’avantage sera surtout conséquent et valable en rivière et fleuves pas ou peu navigables, disposant d’assez d’espace autour pour ces installations. Ces aménagements seront à répartir partout où les villages et villes manquent d’électricité sûre, et resteront cependant tout à fait possibles si émaillés sur les bords des grand fleuves, de part et d’autre, sans gêner le trafic fluvial.

Plus besoin de barrages et de retenues énormes arrêtant le limon et les poissons !!!

Comme la Loire…, trop souvent en crue (quand pas en canicule…, voir les fossés et drains retenant rien en amont…) puis les inondations à imposer plein de chantiers coûteux pour “rien” !

C’est la retenue… des fleuves, des rivières ne peut se faire que par une multitudes de terrasses à talus arborées dans les hauts qui priment au niveau thermique, là où l’air est le plus sec et venteux !

‘Voile-aah’ donc de quoi donner du travail pour plusieurs générations à plein d’assistés mal foutus, trop motorisés…, qui n’ont plus les cellules assez fraîches, bien bougées et mieux dites alignées à l’Amour cosmique ‘Coop-errant’, nettoyant céleste de première au niveau de leurs chakras pour les déséquilibrés “à vie”… à condition de respirer un air propre en bougeant à fond !

Combien sont-ils ceux-là ???-???-???- à aimer planter des petits pois entre deux balades par jour sur au moins un terrain en agroforesterie de 80 m X 80 m, pour avoir assez d’arbres sur 30 m autour…, aux troncs simplement là pour arrêter le vent “dominant” glacial d’hiver, se contentant presque de sa cheminée/poêle à bois (si à vitre se levant et pas latérale, sinon pouah…) ?

Tiens donc, l’Etat ne vous l’a pas proposé au début du plan ‘Marche-n’aille’…, sans vous faire passer par les trente ‘gloîtres-“rieuses” ‘ de Chaires-no-bile’ ???

Je conseille à tout ingénieur local de travaux publics…, de se pencher doucement sur la question, sans précipitation pour éviter les bourdes ; et parce que ma mise à disposition du procédé en public rend les brevets inutiles : c’est grasses-true-E.T. et grasses-truites !

Et, il n’y a pas d’incidence de modification des cours d’eau, l’administration française ferait mieux de baisser la garde vu nos besoins grandissants partout en France et Outre-mer, car il y a là du job pour tous, décentralisé, propre, sain, qui fait bouger en pleine nature pour une fois…

Et je remarque que dans mon lieu de ‘vile-hiii-HAIES-j’hii-hâte-cure’ d’été, au bord d’une rivière donnant sur la Loire, non seulement elle n’est pas régulée en amont (avec des terres en terrasses bordées de talus arborés pour pomper l’eau et la retenir pour l’été, la transpirer par les arbres, comme cela devrait être obligatoire en tout bassin versant de cours d’eau en pays sec…), mais que chaque village a ses dépenses d’éclairage qui explose (sans parler des réseaux “mobiles” et d’Internet, ni des restaurants en trop éclairés pour rien…, et sans tenir compte des futurs besoins de recharge de la dispendieuses voiture électrique si lourde et à pollutions des batteries jamais comptabilisées…!).

!*!*!*!*!*!*!*!*!*!>>>>

Mots -clefs : énergies renouvelables, hydraulique, pico et micro-centrales

Tags : clean renewable hydraulic energies

!*!*!*!*!*!*!*!*!*!*!

Artistic & intuitive personnal Mandala from Flora :
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s